L'esprit ou la lettre...ou... duel en noir et blanc

Publié le par Intersyndicale

Ce matin, nous nous sommes retrouvés autour d'un café au CE...

Ce n'est pas tout à fait vrai... Nous étions une grosse trentaine. Après le café, nous sommes parti vers Evreux ou nous avons retrouvé ceux qui s'étaient rendu directement au tribunal d'instance.

 

Nous fûmes donc 65-75 à assister à la plédoirie des êtres en noir et blanc:

 

D'un côté, deux avocats bagayants et devant lire leurs notes pour se rappeler les détails dont ils parlaient expliquant que m-real appliquaient un accord à la lettre et qu'il était malheureux que, dans cet accord, nous n'ayons pas écrit que les réponses de Denis devaient absolument être sérieusement étayées...

Nous avons aussi pu entendre  que la pièce maitresse, mise en avant par ces êtres en noir et blanc, justifiant de la bonne application par m-real des accords, est une lettre manuscrite écrite et signée par un expert impartial... Sbirashnikov...

Nous avons également pu entendre, entre autre,  que, selon eux, il n'y avait pas pas d'urgence à arrêter un plan de licenciement se terminant dans 3 semaines...

Nous avons enfin pu entendre que les membres du CE étaient incohérents vu qu'ils demandaient à geler le livre I tout en acceptant de participer à des réunions concernant ce même livre I.

Bref...2 bons petits élèves de Mikko... relayant bien le fait que les sbires mettaient, mécaniquement, en oeuvre un plan défini par des patrons étrangers depuis des mois sans se soucier des aspects humains ou sociaux, que la loi Française leur permettait d'agir ainsi...

 

 

D'un autre côté , notre avocat,expliquant que Denis n'appliquait pas l'esprit de nos accords,et pas la lettre de  certains textes de droit, cherchait avant tout à metre en oeuvre un plan social dors et déjà décidé par Mikko et qu'il ne lui était pas possible de balayer des solutions alternatives, de négocier avec un repreneur,... avant de négocier un PSE et que, dans le contexte, la loi Française ne leur permettait pas d'agir ainsi

 

le troisième parti en noir et blanc, le président du tribunal, ne pouvant décider immédiatement de qui était dans son droit a annoncé qu'il rendrait sa décision le 23 juin.

 

Attendons donc et espérons que ce président saura séparer le blanc du noir...

 

 

Nous sommes ensuite allé à la préfecture rencontrer la Directrice du Cabinet de la Préfète.Nous lui avons remis l'ensembles des 5917 signatures de soutien à notre cause, et lui avons proposé quelques solutions permettant à la préfète de nous soutenir.

Elle était vétue tout de noir... Mais ceci n'a, à priori, rien à voir avec le Schmilblick...

 

 

Publié dans PSE

Commenter cet article

pascal 03/06/2010 21:57


Auuuuuuuuuuxxxxxxxxxxxxx armeeeeeeeeeeesssss ......................!!!!!!!!!!!!!!!!

Ils ne pourrrrrrrrrrront nous enterrerrrrrrrrrrrr.................!!!!!!!!!!!!!!!

Auuuuuuuuuuxxxxxxxxxxxxx armeeeeeeeeeeesssss .......................!!!!!!!!!!!!!!!

C'est nous les papppppppetiers ..................

Et nous allons riennnnnnn laisssssserrrr ....................!!!!!!!!!!!!!!!!!

Auuuuuuuuuuxxxxxxxxxxxxx armeeeeeeeeeeesssss .......................!!!!!!!!!!!!!!!


laurent 03/06/2010 20:21


notre chef nous a informe que les negociations avec le repreneur sont finies et n'ont pas abouties sur un accord. il semble donc que le juge ne pourra donc pas donner un jugement qui nous sera
favorable


Seb 03/06/2010 08:42


Esperons que la direction ne s'habille pas en noire aujourd'hui pour la reunion et qu'au contraire elle mette un peu de couleurs. Il serait temps.

Bon courrage aux negociateurs.