denis et les sbires

Publié le par Intersyndicale

Comme prévu, notre ambassade de 5 est allé rencontrer Denis et ses sbires à Paris ce matin.
Les discussions furent assez houleuses , sbire1 étant silencieux comme à son habitude et Sbirsnogoud grincheux comme toujours mais nous avons finalement trouvé un point d'acord commun.
Un document finalisé nous sera envoyé demain pour lecture avant accord. S'il correspond à ce que nous avons discuté aujourd'hui, nous accepterons certainement ce document assurant que le PSE ne commencera pas avant le 15 mars

Publié dans PSE

Commenter cet article

Thierry 19/01/2010 22:31


Petite mise au point , le blog ne peut être exhaustif , par contre comme il a été répondu vos élus sont là pour répondre à vos question, n'hésitez pas il y a toujours du monde pour vous recevoir
sauf bien sûr pendant les réunions à bientôt


bertrand 19/01/2010 22:00


personnellement je ne te connais pas Arnaud, mais tu n'a pas le droit de dire que le syndicat cherche a manipuler qui que se soit, on ne peut retranscrire mot par mot, ce qui se dit en réunion mais
vous savez l'essentiel . Je pense que tu ne mesure pas ce que c'est que de combattre un PSE


Nathalie 19/01/2010 21:26


D'après ce je vois dans ce blog et les heures passées par les gars du syndicat à l'usine, je pense qu'ils sont disponibles pour vous et qu'ils vous informent du mieux qu'ils peuvent. Moi qui ai été
licenciée au mois de juin dans le PSE chez GSK à Evreux (800 licenciements), nous n'avons pas eu déjà toutes ces informations. L'intersyndicale de GSK avait été cloisonnée dans la confidentialité
et avait suivi à la lettre cette volonté de la direction. Alors que les salariés doivent savoir à quel sauce ils vont être manger!! Au final, il est vrai que nous sommes bien partis au niveau
financier par rapport à d'autres boites mais on ne sait pas vraiment pourquoi on a été licencié vu les bénéfices monstres des années précédentes chez GSK. Bon courage.


jo 19/01/2010 20:35


En réponse à Arnaud : rien ne t'empêche de monter au local du CE pour avoir des informations détaillés.


BARON arnaud 19/01/2010 18:51


merci pour l'information, mais je souhaiterai plus de précision:
quelles sont les propositions de la dg
quelles sont vos contre -propositions
en bref: dites nous tous ce qui ce dit en réunion
je commence à penser que vous nous manipuler, le blog ne retranscrit pas tout se qui se dit en réunion ou que vous ne voulez pas nous dire, soyez plus explicite
le mouvement ne pourras continuer que dans la confiance et la clarté
Arnaud BARON


intersyndicale 19/01/2010 22:28



Arnaud, saches que Denis et ses sbires ont eu connaissance de ce blog et le lisent tous les jours. Il nous est donc difficile de tout communiquer ici et ainsi de leur faire connaître notre vue de
la situation alors qu’eux ne communiquent pas et qu’il nous est donc impossible de savoir ce qu’ils pensent. Voilà pourquoi nous informons de tout, très rapidement mais guère des détails.


 


Maintenant, pour le sujet de cet article, il s’avère que nous sommes tombés d’accord avec Denis . Nous pouvons donc faire un résumé de la situation :


 


A l’origine, Denis voulait tout faire en 2 temps 3 mouvements : ouvrir les livres I et II le 6 janvier et lancer l’expertise CHSCT le 8 janvier pour finir le PSE fin février et virer les 106
dès le 1er avril.


Lors de la première réunion à Paris du … janvier, les 5 d’entre nous présents ont réussi à le convaincre que nous travaillions avec le collectif pour redémarrer l’usine de pâte et il a accepté de
nous laisser jusqu’au 15 mars avant de démarrer le PSE mais… en échange… il nous obligeait à faire les expertises entre le 6 janvier et le 15 mars et ainsi à étudier les livres I et II et CHSCT
en un petit mois et licencier les 106 dès la mi mai. Un premier pas intéressant car il nous permettait d’étudier à fond les possibilités de redémarrer la pâte mais nous limitait dans nos
possibilités de faire des propositions pour limiter les licenciements et d’obtenir des primes de départ dignes de ce nom.


Nous ne pouvions accepter et avons fait une contre-proposition la semaine dernière : Démarrer le PSE le 15 mars et le gérer ensuite durant le temps prévu par le code du travail plus un peu
de marge et donc ne pas licencier quiconque avant le 12 juillet.


 


La réunion d’hier a démarré par les ronchonnements et menaces de Sbirsnogoud et un Denis restant sur ses positions alors que les 5 d’entre nous restaient sur les nôtres. Après discussions,
explications, Denis a fini par accepter de traiter de PSE dans un temps normal, nous permettant de discuter correctement du nombre de personnes à licencier et des conditions de départ ; En
échange, les 5 d’entre nous ont du renoncer aux marges que nous voulions nous accorder.


 


En conclusion, nous avons trouvé l’accord suivant :


1 : ne pas lancer le PSE avant le 15 mars mais travailler le redémarrage de l’usine de pâte durant ce temps


2 : travailler à partir du 15 mars les organisations liées au PSE, le nombre de postes qu’il faudrait supprimer et les primes de départ des gens qui seraient licenciés jusqu’au 22 mai, soit
dans des délais normaux


3 : laisser la possibilité aux volontaires de se positionner entre le 22 mai et le 21 juin, soit un mois


4 : ne licencier personne avant le 22 juin, au plus tôt


 


soit un accord qui correspond totalement à la démarche que nous prônons depuis le début, c'est-à-dire : « laissez nous travailler à 100% les solutions alternatives que nous proposons
pour redémarrer l’usine de pâte sans nous limiter dans nos possibilités d’obtenir le mieux possibles pour les personnes qui seraient licenciées si nous n’y arrivions pas ». Pour obtenir cet
accord, il nous a fallu de nombreuses réunions, de multiples arrêts de la machine à papier, subir de multiples pressions de la part de sbirounet et de ses amis...


 


Nous sommes désolés pour cette longue explication, espérons qu’elle correspond à tes attentes mais qu’elle t’aura également fait comprendre qu’il ne nous est pas possible d’entrer dans les
détails en cours de discussions.


 


Nous plussoyons donc Jo: Passes au CE, nous te donnerons les informations que tu souhaites avoir